Bienvenue à Saint-Jacut-Les-Pins

la grasLa chapelle Sainte Marie-Madeleine de la Graë (XV-XVIIIème siècle). Il s'agit d'un édifice de forme rectangulaire restauré au XVIIIème siècle. Le clocheton, carré en ardoises, se trouve au milieu du toit.

La date de 1720 est gravée sur la façade Sud. Située sur la hauteur de la lande de la Graë (la Graille), au-dessus du village de la Coudraie, elle est dédiée à Sainte Marie Madeleine. Elle aurait servi de lieu de culte aux propriétaires de Bodéan (château) : le blason, au fond du coeur, est petit-être celui de Bodéan. Les niches des statues en forme de coquille Saint-Jacques font penser quelle était peut-être sur le chemin de Compostelle. 1780 : c’est la date qui figue sur le pignon est, date de construction ou de reconstruction, on peut y voir une fenêtre cintrée avec frontons moulurés, une porte contrée, des boiseries de soutien du plafond en lambris. Le 25 avril 1816, jour de la Saint Marc, il y a messe en cette chapelle, et au retour de la procession le recteur Monsieur Barbé installe quatre filles de Saint-Jacut au bourg quartier Saint Laurent, c’est le début de la communauté des religieuses. Le 24 août 1828, bénédiction de la cloche actuelle par Monsieur Le Corvoisier recteur. La cloche s'appelle Jeanne Marie Louise, son poids est de 66 livres. Jean Marie Pételaud est le parrain et Marie Louise Caudard, la marraine. En 1944, une croix est érigée par André Trémoureux (père) : les pierres sont tirées de la carrière de la Graë par François Tual et son fils Gérard. En 1945, après le vêpres du dimanche des rameaux, la croix est bénie par l'Abbé Rivière, enfant du pays. Le 18 octobre 1959, bénédiction des semailles mais aussi bénédiction des tracteurs. En 2009, rénovation des enduits intérieurs par le bénévoles de la frairie qui comprend les villages de la Coudraie, Heinlée, la Radniguel, Chez Couédro, la Thiolaie, la Vallée, Bézy, le Haut Bézy, Turlu, Bois l'Enfant, Trévers, la Guidemaie, la Grée-Barbot, Froquin, la Goudoie, le Gué Blandin, Bodéan. Le 25 avril de chaque année, jusqu’en 1965, jour de la Saint Marc, il y a messe dites « des pâtours ». Le 22 juillet (jour de Sainte Marie Madeleine), le dimanche le plus près les vêpres sont chantées et les enfants présentés au prêtre pour être bénis. Le 18 octobre (jour de la Saint Luc), il y a messe et bénédiction des semailles : chaque participant arrive avec un petit sac de blé qu’il déverse dans une cuve à gauche de l’entrée, le tout est béni, et chacun repart avec une petite quantité de blé béni qu’il mélange avec son tas destiné à être semé. Le reste est vendu aux enchères au profit de la paroisse. Les étés secs, une procession démarre du Péron (Radniguel) vers la chapelle ou une messe est dite pour demander de la pluie. Les neuvainessont organisées pour demander une guérison ou autre chose. Les sonneries,en particulier, les glas quand un membre de la frairie est décédé : Mélanie Chevalier et Jean Tatard sont les deux derniers à avoir effectué ce travail (Sources : chanoine Le Breton, archives de la communauté, Thérèse Burban) ;